fbpx

Antonella Barucci

Les premiers résultats des missions spatiales Hayabusa2 (JAXA) et OSIRIS-REx

 

 CONFÉRENCE

Les premiers résultats des missions spatiales Hayabusa2 (JAXA) et OSIRIS-REx

Deux missions : Hayabusa2 de la JAXA et OSIRIS-REx de la NASA de retour d’échantillons de matière inaltérée ont été lancé vers deux astéroïdes géocroiseurs primitifs (Ryugu et Bennu respectivement) pour étudier leur composition. Les deux missions ont le potentiel de révolutionner notre compréhension des propriétés du matériel primitif présent dans le Système Solaire et de nous éclairer sur la nature des petits corps, ce qui constitue une étape essentielle pour comprendre les conditions primordiales responsables de la formation des planètes et de l’émergence de la vie. A l’inverse des planètes, qui ont subi des processus d’évolution durant leur histoire et ont ainsi été transformées, la plupart des astéroïdes, du fait de leurs petites tailles, sont supposés avoir gardé la mémoire de la composition d’origine du disque proto-planétaire dans lequel ils se sont formés. Ainsi, ils peuvent être considérés comme l’ADN du Système Solaire, qui peut nous donner des indications fortes sur l’origine des planètes et de la vie.

La mission Hayabusa2 a été lancée le 4 décembre 2014. Depuis fin juin 2018 est en train d’étudier l’astéroïde primitif (162173) Ryugu. Le 27 juin 2018 la sonde spatiale est arrivée à une distance de 20 km de Ryugu, puis jusqu’à 1 km de distance pour étudier l’astéroïde avec ses instruments. Hayabusa2 est équipée avec une caméra, un spectromètre infrarouge, un altimètre laser, un imageur thermique plus quatre atterrisses (1 MASCOT (CNES-DLR) et 3 MINERVA). La sonde spatiale a déjà effectué la première prise d’échantillon et a lancé un projectile à une vitesse de 2 km/s pour permettre le prélèvement un deuxième échantillon dans une couche plus profonde du sol. La sonde ramènera sur Terre les échantillons du sol en décembre 2020.

La mission OSIRIS-REx a été lancée le 8 septembre 2016, s’est mise en orbite de l’astéroïde primitif (101955) Bennu début décembre 2018 pour l’étudier en détail pendant deux ans. La sonde embarque plusieurs instruments scientifiques (trois caméras, trois spectromètres, et un altimètre) qui cartographieront l’astéroïde dans les longueurs d’onde du visible, de l’infrarouge et des rayons X. Une cartographie compositionnelle sera effectuée en 2019 pour la sélection du site de collecte des échantillons (entre 60 gr et 2 kg) prévu en juillet 2020 avec un retour en septembre 2023.

SPEAKER

Antonella Barucci est la directrice du DIM-ACAV+ (Domaine d’Intérêt Majeur de l’Ile de France: Astrophysique et Conditions d’Apparition de la Vie +), qui rassemble des équipes de 24 laboratoires d’Île-de-France